Qui sommes-nous?

  • <p>Le 24 mars 1907 dix francs-maçons des environs de Juvisy-sur-Orge décident d’une réunion pour fonder une Loge dans les environs. Mais quel en est le contexte sociologique, historique national et local ? Qui sont-ils ?</p>

<p>Nés entre 1846 et 1874 ils sont les héritiers de la capitulation de Sedan de 1870, de la Commune de Paris de 1871. En 1885 ils voient arriver 18 élus ouvriers à l’Assemblée Nationale, connaissent la crise Boulangiste de 1886/1889, et les premiers succès électoraux des socialistes.</p>

<p>Les professions judiciaires jouissent alors d’un prestige remarquable fondé sur la culture et l’indépendance. Les militaires déchirés après la capitulation quêtent un idéal de lumière entre Alfred Dreyfus et Savorgnan de Brazza. Il est des professions salariées offrant à ceux qui les exercent un statut social élevé tels les architectes, ingénieurs, et journalistes. La catégorie sociale des fonctionnaires se détachent des milieux populaires, leur nombre grandit avec le développement de l’administration et des services. En 1906, les artisans et travailleurs isolés représentent 1/10ème de la population. Dans l’ancienne Seine et Oise les paysans subissent la crise agricole, liée au progrès technique avec la mécanisation, et l’apparition des engrais chimiques. Enfin, la condition sociale des ouvriers reste précaire malgré la liberté syndicale et d’association professionnelle de 1884.</p>

<p>Quelle que soit la catégorie sociale à laquelle ils appartiennent, les membres fondateurs qui se réunissent ce 24 mars 1907 ont le sentiment que l’année commence sur une note déplaisante : Députés et sénateurs votent alors sans discussion l’accroissement de l’indemnité parlementaire de 9 à 15 000 Francs. Quelques-uns uns ont bien voté contre mais comme l’a dit l’un d’entre eux : « Mon indignation n’a d’égale que ma satisfaction. »
Les évènements sociaux se bousculent, le climat se dégrade : Le 8 mars grève des électriciens à Paris, qui se voit alors plongé dans l’obscurité, à Corbeil-Essonnes grève des papetiers, à Villeneuve-Saint-Georges et Draveil grève des ouvriers des sablonnières, qui aboutira en 1908 à une véritable bataille de rues avec barricades, et à l’intervention sanglante de l’armée sur ordre de Clemenceau, qui se taille alors une réputation de « briseur de grèves ».</p>

<p>De nombreux extraits de procès verbaux et courriers montrent que nos aînés souhaitent marquer la société de leur esprit de loyauté vis-à-vis de la République et de ses valeurs fondatrices au centre desquelles la laïcité.</p>

    L’Humanité Future, une loge du Grand Orient de France, fondée en 1907

    Le 24 mars 1907 dix francs-maçons des environs de Juvisy-sur-Orge décident d’une réunion pour fonder une Loge dans les environs. Mais quel en est le contexte sociologique, historique national et local ? Qui sont-ils ?

    Nés entre 1846 et 1874 ils sont les héritiers de la capitulation de Sedan de 1870, de la Commune de Paris de 1871. En 1885 ils voient arriver 18 élus ouvriers à l’Assemblée Nationale, connaissent la crise Boulangiste de 1886/1889, et les premiers succès électoraux des socialistes.

    Les professions judiciaires jouissent alors d’un prestige remarquable fondé sur la culture et l’indépendance. Les militaires déchirés après la capitulation quêtent un idéal de lumière entre Alfred Dreyfus et Savorgnan de Brazza. Il est des professions salariées offrant à ceux qui les exercent un statut social élevé tels les architectes, ingénieurs, et journalistes. La catégorie sociale des fonctionnaires se détachent des milieux populaires, leur nombre grandit avec le développement de l’administration et des services. En 1906, les artisans et travailleurs isolés représentent 1/10ème de la population. Dans l’ancienne Seine et Oise les paysans subissent la crise agricole, liée au progrès technique avec la mécanisation, et l’apparition des engrais chimiques. Enfin, la condition sociale des ouvriers reste précaire malgré la liberté syndicale et d’association professionnelle de 1884.

    Quelle que soit la catégorie sociale à laquelle ils appartiennent, les membres fondateurs qui se réunissent ce 24 mars 1907 ont le sentiment que l’année commence sur une note déplaisante : Députés et sénateurs votent alors sans discussion l’accroissement de l’indemnité parlementaire de 9 à 15 000 Francs. Quelques-uns uns ont bien voté contre mais comme l’a dit l’un d’entre eux : « Mon indignation n’a d’égale que ma satisfaction. » Les évènements sociaux se bousculent, le climat se dégrade : Le 8 mars grève des électriciens à Paris, qui se voit alors plongé dans l’obscurité, à Corbeil-Essonnes grève des papetiers, à Villeneuve-Saint-Georges et Draveil grève des ouvriers des sablonnières, qui aboutira en 1908 à une véritable bataille de rues avec barricades, et à l’intervention sanglante de l’armée sur ordre de Clemenceau, qui se taille alors une réputation de « briseur de grèves ».

    De nombreux extraits de procès verbaux et courriers montrent que nos aînés souhaitent marquer la société de leur esprit de loyauté vis-à-vis de la République et de ses valeurs fondatrices au centre desquelles la laïcité.

    Lire la suite...

  • <p>Les Francs-maçons du Grand Orient de France réaffirment le lien intime de la devise républicaine LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ avec l’identité maçonnique.</p>

<p>Fidèles à leurs valeurs, défenseurs vigilants de l’idéal républicain, les Francs-maçons du Grand Orient de France ont décidé, à la veille de grandes échéances, de rappeler leurs engagements.</p>

    La charte des valeurs du Grand Orient de France

    Les Francs-maçons du Grand Orient de France réaffirment le lien intime de la devise républicaine LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ avec l’identité maçonnique.

    Fidèles à leurs valeurs, défenseurs vigilants de l’idéal républicain, les Francs-maçons du Grand Orient de France ont décidé, à la veille de grandes échéances, de rappeler leurs engagements.

    Lire la suite...

  • <p>Les registres des municipalités l’attestent, le Moyen-âge connut beaucoup de sociétés professionnelles. Marchands et artisans se réunissaient dans des confréries ou des corporations chargées de gérer les intérêts du métier : formation, embauche, attribution des chantiers…</p>

<p>Mais à cette époque le travail quotidien de chacun s’inscrit dans une vision du monde profondément imprégnée de sacré. Aussi ces organisations de métier ne se limitent pas à gérer les problèmes techniques mais prennent en charge tout un pan de la vie de leurs membres de la solidarité à la spiritualité.</p>

<p>Les Anciens Devoirs – les statuts des Maçons médiévaux – présentent, à coté de différentes dispositions réglementaires, une histoire mythique et édifiante du métier. Ainsi la Maçonnerie, fille de la Géométrie, a été fondée par Euclide en Egypte et diffusée en Europe par Pythagore ! En méditant ce récit des origines le maçon médiéval inscrit son labeur journalier dans le combat séculaire des forces de la Lumière contre les forces des Ténèbres.</p>

<p>Au XVII° siècle, en Ecosse, quelques loges vont accepter des membres étrangers au métier. Ces maçons acceptés sont à l’origine de la Franc-maçonnerie spéculative moderne. Cette entrée importante d’« acceptés » en quelques années laisse supposer un projet sous-jacent mais, en dépit de nombreuses hypothèses, on ignore lequel.</p>

    L’histoire du Grand Orient de France

    Les registres des municipalités l’attestent, le Moyen-âge connut beaucoup de sociétés professionnelles. Marchands et artisans se réunissaient dans des confréries ou des corporations chargées de gérer les intérêts du métier : formation, embauche, attribution des chantiers…

    Mais à cette époque le travail quotidien de chacun s’inscrit dans une vision du monde profondément imprégnée de sacré. Aussi ces organisations de métier ne se limitent pas à gérer les problèmes techniques mais prennent en charge tout un pan de la vie de leurs membres de la solidarité à la spiritualité.

    Les Anciens Devoirs – les statuts des Maçons médiévaux – présentent, à coté de différentes dispositions réglementaires, une histoire mythique et édifiante du métier. Ainsi la Maçonnerie, fille de la Géométrie, a été fondée par Euclide en Egypte et diffusée en Europe par Pythagore ! En méditant ce récit des origines le maçon médiéval inscrit son labeur journalier dans le combat séculaire des forces de la Lumière contre les forces des Ténèbres.

    Au XVII° siècle, en Ecosse, quelques loges vont accepter des membres étrangers au métier. Ces maçons acceptés sont à l’origine de la Franc-maçonnerie spéculative moderne. Cette entrée importante d’« acceptés » en quelques années laisse supposer un projet sous-jacent mais, en dépit de nombreuses hypothèses, on ignore lequel.

    Lire la suite...

  • <p>La Franc-maçonnerie moderne est un produit du siècle des Lumières. Elle est issue de la transformation, à partir de 1645, d’une vieille société de métier en une association de rencontres et de réflexion. La première Grande Loge se forme à Londres, alors « capitale » des idées philosophiques, en 1717. Le Grand Orient de France est lui la plus ancienne et la plus importante obédience maçonnique d’Europe continentale. Né en 1728 comme Première Grande Loge de France, il a pris sa forme et son nom actuels en 1773. Aujourd'hui, le Grand Orient rassemble près de 51.000 membres inscrits dans plus de 1247 loges.</p><p>
Il propose aux hommes d’aujourd’hui une voie humaniste, initiatique et fraternelle. En effet, pour le Grand Orient de France, le perfectionnement individuel que permet l’initiation maçonnique et sa méthode, fait un devoir aux Francs-maçons de réfléchir aussi aux problèmes du monde et aux questions de société. C’est l’une de ses spécificités par rapport à d’autres obédiences maçonniques. Que vaut l’amélioration – intellectuelle, morale ou spirituelle – d’un homme si elle ne le conduit à s’intéresser à l’« autre » et à son destin ?</p>

    Le Grand Orient de France : un engagement humaniste, initiatique et fraternel

    La Franc-maçonnerie moderne est un produit du siècle des Lumières. Elle est issue de la transformation, à partir de 1645, d’une vieille société de métier en une association de rencontres et de réflexion. La première Grande Loge se forme à Londres, alors « capitale » des idées philosophiques, en 1717. Le Grand Orient de France est lui la plus ancienne et la plus importante obédience maçonnique d’Europe continentale. Né en 1728 comme Première Grande Loge de France, il a pris sa forme et son nom actuels en 1773. Aujourd'hui, le Grand Orient rassemble près de 51.000 membres inscrits dans plus de 1247 loges.

    Il propose aux hommes d’aujourd’hui une voie humaniste, initiatique et fraternelle. En effet, pour le Grand Orient de France, le perfectionnement individuel que permet l’initiation maçonnique et sa méthode, fait un devoir aux Francs-maçons de réfléchir aussi aux problèmes du monde et aux questions de société. C’est l’une de ses spécificités par rapport à d’autres obédiences maçonniques. Que vaut l’amélioration – intellectuelle, morale ou spirituelle – d’un homme si elle ne le conduit à s’intéresser à l’« autre » et à son destin ?

    Lire la suite...